Cosmos Stultus


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sytri Arkhaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sytri

avatar

Masculin
Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Couleur de dialogue: seagreen
Inventaire:

MessageSujet: Sytri Arkhaël   Mar 27 Juil - 23:26

Prénom : Sytri.

Nom : Arkhaël. (Nom de la mère)

Surnom : //

Couleur de dialogue : seagreen (Juste parce que c'est joli *ZBAF*)

Race : Démon.

Age : 19 ans.

Armes : Une dague et sa classe naturelle.

Style de combat : Sytri, démon de nature, maîtrise la magie noire mieux que n'importe quelle autre magie. Son sang d'incube lui confère également des pouvoirs particuliers lui permettant d'affecter les sens de ses cibles. Il sait par exemple créer des illusions sympathiques à l'œil dans l'esprit de ses ennemis, mâles comme femelles, afin de les distraire d'une manière pour le moins... déloyale; il peut également créer la cécité ou la surdité pendant quelques instants permettant de semer la confusion dans une armée bien ordonnée ou plus simplement de harceler un ennemi afin qu'il ne puisse jamais le toucher. Ses autres pouvoirs un peu plus offensifs lui permettent de matérialiser la magie noire et, par exemple, d'attaquer de loin en lançant des lames d'ombres tranchantes. Bien sûr il maîtrise certaines autres magies plus simples telles créer des boucliers ou se téléporter sur de courtes distances tant qu'il voit où il atterrit, mais il favorise plutôt les deux premières magies, préférant rendre un ennemi aveugle plutôt que devoir se téléporter sans arrêt.
Outre ces quelques exemples d'utilisation de sa magie, Sytri sait également se débrouiller avec une dague, sachant l'asséner aux endroits stratégique pour assurer une mort rapide. Il n'hésitera pas non plus à s'envoler en combat si cela peut lui conférer un avantage face à un ennemi terrestre.

Taille : 1m81.

Poids : 58kg.

Caractère :
Incube, Sytri n’en est pas pour autant charmeur et séducteur, au contraire il a acquis au fil des années une certaine phobie des femelles. Il suffit que l’une d’elle le touche pour éprouver un sentiment de terreur bien handicapant en combat. Il reste généralement le plus loin possible de ces créatures, quelle que soit la situation, et bien qu’il ne hurle pas de terreur en les voyant, cela n’empêche pas d’avoir pour priorité d’esquiver habilement ces monstres, même si pour la peine il devra devenir une proie facile pour un ennemi mâle posté à côté. De préférence, il leur jettera un sortilège de cécité avant de… s’enfuir.

Enfin, cette fuite ne signifie qu’il n’aime pas tuer, au contraire. Pas vraiment qu’il aime particulièrement voir du sang gicler et baigner dans un bain de sang après un massacre, non, un peu moins touché que certains démons extrêmes par la folie d’Archäos, il n’en reste pas moins insensible quand il s’agit de tuer quelqu’un et ne comprendra jamais quelqu’un qui regrette d’avoir tuer. Excepté pour un ami bien sûr, mais un simple allié inconnu, il n’en éprouvera aucun regret, tout comme envers ses ennemis avec qui il n’a aucun lien. Enfin, cela ne l’empêche pas d’avoir tué un démon une seule fois au cours de sa vie, sa seule victime non animale pour l‘heure. Cependant, le démon n’adule pas spécialement les combats inutiles, surtout quand il n’en a pas envie et qu’il n’a aucune cause à défendre, enfin si c’est de l’auto défense, contre des bandits par exemple, il n’hésitera pas à tuer ses ennemis, évidemment, mais ce n’est pas lui qui déclenchera le combat par ennui.

Le démon est plutôt discret et il n’est pas habitué à dévoiler ses sentiments à tout va, n’ayant eu qu’un ami au cours de sa vie, il accordera difficilement sa confiance, même à des mâles, et c’est probablement mission impossible pour les femmes, surtout s’il n’est pas sûr que cette confiance est réciproque. Il agira toujours en sa faveur, même si on ne le remarque pas trop devant les causes diverses qui lui disent d’agir comme on le lui demande, mais il n’est pas pour autant déloyal, si quelqu’un lui accorde sa confiance lors d’une mission, il ne le trahira pas, en tout cas pas sans le lui dire ou si ce n‘est pas lui qui trahit en premier. Il n’est pas pour autant un gentil toutou qui acceptera de se sacrifier pour n’importe qui sauf conditions exceptionnel car ce serait en dehors de tout intérêt.

Concernant ses goûts, il n’en a pas vraiment en particulier, après tout dans le Niflheim il n’y a rien d’attrayant, autant pour la nourriture que pour le reste. Il aime bien le doux tissu au niveau des vêtements et est habitué à se nourrir avec des aliments ayant très peu de saveurs, ainsi il n’est pas du tout difficile de ce côté-là. À noter que comme beaucoup de démons il a appris à détecter certains poisons dans les aliments à l‘aide d‘un sortilège, certaines créatures du Niflheim embaumées de poison entraînant la mort si on tente de se nourrir avec.

Physique :
On peut facilement remarquer que Sytri n'est pas un humain du premier coup d'œil. Le premier signe le plus parlant est une paire d'aile poussant sur son dos ressemblant à celle d'une chauve souris par la structure et dont une membrane d'un noir profond unit chacun des cinq os pointus à leur extrémité se dégageant vers l'extérieur. Sytri se démarque également de la plupart des humains par ses cornes noires et verticales jaillissant de ses cheveux, communes à la plupart des incubes et certains démons. Une certaine aura de grâce et de beauté se dégage également de lui comme aucun autre humain le rendant agréable à l‘œil. Propre aux incubes, elle affecte principalement les femmes et rarement les hommes et est en réalité causée par un sortilège dont l‘intensité est plus ou moins forte selon la volonté de l‘incube bien que Sytri ne la maitrise pas du tout et donc son intensité est aléatoire mais souvent plus forte en combat quand il concentre sa magie.

Au niveau du visage, Sytri a des cheveux blonds et lisses dépassant le milieu de son dos. Si jamais il s'aperçoit que quelques mèches lui retombent au dessus des yeux, gênant sa visibilité, il les retire rapidement, de fait il est moins souvent gêné en combat qu'on pourrait le croire. Enfin, cela n'empêche que quelques unes de ses mèches retombent sur son front sans handicaper sa vue. Ses yeux sont semblables à ceux de certains monstres, ses pupilles noires formant une ligne verticale sur un fond d'œil jaune. On peut noter une marque de naissance au niveau de ses yeux, un trait noir descendant verticalement à droite de son œil gauche. Ses oreilles sont, de plus, différentes de celles des humains, plus pointues et s'étirant en arrière de quelques centimètres supplémentaires.

Pour les vêtements, Sytri est vêtu d’un haut noir en tissu ainsi que d‘un pantalon en toile fait de la même matière et de la même couleur, légèrement trop grands pour lui bien que la différence est passable. Ce tissu a été fait à partir de plantes du Niflheim. De fait, ses vêtements sont résistants à l’ombre, les plantes ayant été habituées à la noirceur du Niflheim, mais en contrepartie ils sont très fragile à la lumière et une douleur causée par cet élément causera même un peu plus de dégât qu’elle ne devrait sur le terme car le tissu conservera la marque de la lumière un peu plus longtemps. Sytri porte aussi des chaussures un peu plus haute que la normale, ainsi il a dissimulé une dague dans celle de droite qui reste invisible malgré sa taille d‘une quinzaine de centimètre.

Enfin, au niveau de sa silhouette, Sytri est assez maigre, de fait qu’il a été très mal nourri ces dernières années. Quant à sa taille, bien que plus grande que la moyenne humaine, elle reste normale pour n’importe quel autre démon.

Histoire :
Sytri est né de l’union entre une démone et un incube. La démone renia longtemps s’être fait bernée par l’incube et avoir accepté de partager une nuit avec lui en croyant à ses sentiments et tenta même de mettre fin aux jours du fruit de cette union non voulu quand elle apprit qu’elle était enceinte bien qu’elle n’y parvint pas. Ainsi, moins d’un an après cet incident qui bouleversa la vie de la nouvelle mère, naquit Sytri, dont le sang incube se faisait fortement ressentir sur ses capacités magiques qui lui conféraient un charme particulier. Sa mère le cacha plusieurs années, l’élevant seule sans jamais le laisser sortir ou en parler. Sans famille, ayant perdu contact avec les siens car la plupart étant morts, le voisinage jasa beaucoup à propos du fait qu‘elle ramenait deux fois plus de nourriture chez elle, déjà qu’elle était peu aimée et se sentait seule, ce pourquoi elle avait cru en les paroles du père de l’enfant. Mais la démone dû faire face à leurs rumeurs, malgré qu’ils en étaient même arrivés à la rumeur qu’elle se serait laissé bernée par un incube en croyant qu’on aurait bien voulu vivre avec elle. Finalement, quand l’enfant fut âgé d’environ 6 ans, elle fut contrainte à commencer de le laisser sortir pour qu’il puisse découvrir le monde extérieur et commun aux démons, le Nilfheim, et qu’il commence à apprendre à maîtriser sa magie dans la nature sans courir le risque de faire exploser ou brûler sa maison, étant habituellement destructrice chez les démons.

Si sa vie aurait pu alors devenir celle de n’importe quel enfant démon vivant dans le Niflheim, ce ne fut pas le cas à cause du voisinage qui n’aimait pas la mère de l’enfant. Pourquoi ? Juste parce qu’elle était une cible facile et c’était un peu rentrer dans le quartier que de suive le mouvement en l’excluant et jasant sur elle. Et le fait que ce soit méchant et immoral, les démons n’en avaient cure, se moquant pertinemment des notions de bien et de mal et tendant même toujours vers le mal car ceci était leur nature et leur conférait même un plaisir incompréhensible à cause de la malédiction d’Archäos. C’est ainsi que Sytri se retrouva seul, subissant même parfois les sortilèges des enfants qui auraient pu être ses amis, simplement car on leur avait dit qu’on ne pouvait pas le croire, les incubes ayant toujours été et seront toujours des créatures dont les sentiments ne sont pas véritables, car ils jouent généralement avec les sentiments des autres, surtout l’amour, pour pouvoir abuser d’eux, voir même tuer un allié en plein combat après avoir gagné sa confiance aveugle grâce à ses pouvoirs, ce qui est en partie vrai, et on ne pourrait ainsi jamais savoir si on éprouve de vrais sentiments à leur égard ou si c‘est juste un sortilège destiné à nous tromper. Et malgré toute sa bonne volonté pour prouver le contraire, Sytri ne put jamais prouver qu’il ne les trahirait jamais s’ils devenaient amis, et la parole des démons les plus âgés étant toujours la plus sûre de l’avis des enfants, jamais ils ne remirent en cause cette injustice et se réjouissait plutôt de pouvoir malmener quelqu’un sans en subir les conséquences, le démon au sang d’incube ne pouvant riposter contre plusieurs personnes en même temps, bien qu’un jour il parvint à faire en sorte qu’un enfant rentre en pleurs chez lui parce qu’il était momentanément devenu sourd et aveugle et ne percevait plus le toucher, mais généralement c’était plutôt à l’incube que ça arrivait.

Ainsi, devant cette dure jeunesse, Sytri rentrait souvent en pleurs chez lui, se sentant seul malgré le soutien de sa mère qui commençait un peu plus à l’apprécier et ne plus le considérer comme un déchet. Après tout elle devait bien faire avec et ce n’était pas en lui menant une vie plus dure qu’il ne l’avait déjà que le supporter serait plus facile. D’autant plus que l’enfant était également une partie d’elle, en plus d’être une partie de la personne qui l’avait trompée. Mais ce sentiment de solitude s’estompa à l’âge de ses 11 ans, alors que Sytri se promenait à l’orée d’une forêt du Niflheim, bien que c’était déconseillé à la vue des monstrueuses créatures qui y erraient, surtout quand on était tout seul, mais c’était le seul endroit où il était tranquille et à l‘abri des maléfices des autres enfants. Ainsi le démon découvrit avec stupeur un louveteau blessé à l’apparence aussi monstrueuse que ses congénères, avec des armes bien plus terrifiantes que celles que possèdent les loups du monde humain et aux poils d’un noir profond. Le loup agonisant à cause de nombreuses plaies que Sytri identifia rapidement comme étant celles de loups également, l’incube hésita quelques instants à s’enfuir devant le monstre mais, prenant son courage à deux mains devant le louveteau blessé, il le ramassa et le ramena rapidement chez lui. Sa mère, bien que peu consentante à devoir nourrir une bouche supplémentaire plutôt que le nourrir, plia finalement à la requête de son fils et soigna du mieux qu’elle pu le louveteau. L’incube ne sut dire pourquoi mais il s’était prit de compassion pour la bête, peut être parce qu’il semblait être un reflet de lui-même, à s’être battu avec ses camarades tout comme l’incube le faisait ? Bien qu’il ne connaissait pas les détails ni le mode de vie de ces créatures.

Quoiqu’il en soit, au fil des jours, et même des semaines, le démon se lia d’amitié avec le louveteau qui, d’abord craintif et sauvage, devint finalement un compagnon fidèle pour l’incube. Reprenant ses vieilles habitudes, il chassa de lui-même une fois rétablit, ses quelques proies étant souvent des souris, s’éloignant peu de la ville démoniaque, et son agilité lui permit d’éviter les quelques démons affamés. De toute façon ils se protégeaient mutuellement, le louveteau n’hésitant pas à mettre sa vie en danger pour sauver son maître des quelques enfants qui s’amusait à lui lancer des sorts quelconques, et le loup, que l’incube surnomma Ralf, renversait bien souvent la balance, surtout devant son apparence effrayante qui faisait peur à bien des ennemis et que Sytri n’hésitait pas à augmenter d’importance en utilisant sa magie affectant les sens de ses ennemis, qui faisait souvent fuir les enfants et les faire réfléchir à deux fois. Ainsi, Sytri vécu enfin tranquillement, avec son nouveau compagnon et sa mère, même si la vie était toujours difficile au Nilfheim pour trouver de la nourriture, mais Ralf acceptait de parfois les aider en partageant ses « appétissantes » souris.

Cependant, à l’âge de 13 ans, alors que l’enfant jouait chez lui avec Ralf, des démones inconnues firent intrusion dans la demeure, et se saisirent de lui. Bien sûr, Sytri tenta de se défendre, le loup ne manqua de bondir à son tour, et c’est ainsi que le jeune incube vit son ami se tordre de douleur sous ses yeux en convulsant avant de finalement ne plus bouger du tout. Les larmes envahirent les yeux de Sytri avant que ce dernier ne perde conscience faute d’un sortilège. Il se réveilla dans une pièce obscure et miteuse, vide de tout meuble, enfermé dans l’obscurité. Les premières semaines, l’incube garda espoir, se nourrissant des quelques restes qu’on daignait lui donner, en ouvrant la porte le temps de quelques secondes, car on le traitait plus ou moins comme un esclave. Au début, il pensait pouvoir utiliser ses pouvoirs, le moment propice, afin de s’enfuir, cependant il fut rapidement affamé à cause du manque de nourriture et oublia rapidement cette idée, pouvant difficilement lancer le moindre sort, lutter contre des adultes était impossible. Les semaines suivantes, ce fut l’idée que sa mère pouvait la sauver qui l’abandonna bientôt, cette dernière semblant totalement absente. Peut être ne savait-elle pas où il était ? Ou elle ne voulait pas le récupérer, le considérant comme un poids…? Ou alors elle était morte, d‘une manière ou d‘une autre… Il devait avouer avec un peu de dégout qu’il préférait la troisième théorie à la seconde.

Les journées étaient longues, mais cela n’empêcha pas le démon de survivre dans sa prison, dormant la majeure partie du temps, agonisant à cause du manque de nourriture, cette dernière étant variant selon les repas que les démons semblaient manger. Sytri ignora de longues années pourquoi on l’avait ainsi séquestré, mais c’est à 16 ans qu’on finit par le faire enfin sortir de sa prison dans la prison du Nilfheim. Agressé par la lumière, il fut hélas rapidement agressé par une démone. Il devint ainsi le jouet de leurs plaisirs sans sentiments, rejeté dans sa prison, les ailes totalement endolories et quelques blessures diverses. Appelé de temps à autres, en général une fois par mois, il redouta rapidement chaque fois le moment fatidique, tentant tant bien que mal de se défendre, de s’enfuir, sans succès. Parfois des femmes différentes, il eut l’impression de faire l’objet d’un commerce, sans aucun réconfort dans sa cellule, goutant presque chaque jour au goût salé des larmes en repensant à l’époque bénite où il était encore avec sa mère et Ralf, le désespoir l’envahissant, ne voyant aucune échappatoire à ce tragique destin d’emprisonnement perpétuel. Il songea au suicide mais ne se laissa pas abattre, refusant de laisser gagner ces femmes, continuant à leur lancer un regard mauvais à chaque fois qu’il en avait l’occasion, même si cela lui coutait d’être frappé par les démones.

Mais un jour, alors qu’une démone allait encore se livrer à ce jeu sans cœur, Sytri aperçut un couteau oublié sur une table. Avant même que cette dernière ne réagisse, il se dégagea de la prise de la démone, se rua sur le couteau et planta l’objet plusieurs fois dans son torse dans un élan meurtrier inconnu, déversant sa haine sur cette seule personne qui succomba rapidement à ses multiples blessures. L’incube n’avait guère envie de passer plus de temps ici mais il prit le plus silencieusement possible un couteau plus grand semblable à une dague, des vêtements le plus à sa taille possible et s’empara de restes de nourriture et d’une gourde d’eau avant de s’enfuir loin, saisissant cette chance inespérée. Tombant rapidement à bout de force à l’orée de la zone habitée, Sytri se nourrit rapidement, jusqu’à finir toute la nourriture et ne plus avoir faim ou soif, pour la première fois depuis des années, et reprit sa route le plus loin possible de la ville qu’il maudissait. Pour anecdote, l’incube avait prit le temps de repasser devant son ancienne maison qui semblait avoir bien changée, sans trop savoir si sa mère était à l’intérieur car n’entrant pas. Il prit la résolution de ne rien faire, ne voulant pas la voir si elle l’avait abandonné et ne voulant pas réveiller des inconnus d’avantage. Sa route se poursuivit donc jusqu’aux grandes portes situées à une heure de route de la ville, le sceau qui avait scellé ici les démons à jamais et le gardien se prélassant devant elle, bien que Sytri ne voyait que les portes à cette distance… Et c’est alors qu’il aperçut une faille, portail instable, peu lointaine. Peut être crée par un démon avant lui ? Ou alors une perturbation magique ? Un don des dieux ? Ou un piège exécuté pour le faire revenir dans sa prison ? Une chance inespérée ? Ou une malédiction ? Ne réfléchissant plus devant toutes ses questions devant la perturbation qui commençait à faiblir déjà alors qu’elle venait à peine d’apparaître, le démon traversa cette anomalie de quelques secondes d’origine multiples juste avant qu‘elle ne se referme… Et fit ses premiers pas dans la chaîne du Gruhnir, d’abord aveuglé par le soleil lointain, avant de découvrir ce monde, loin des harpies qui l’avaient enfermé et de tout ce qui avait trait à son passé. Un monde loin des démons et dominé par les humains. Un monde que chacun souhaitait atteindre. Bien que la seule chose que souhaitait Sytri était de rencontrer du réconfort, une reconnaissance, et surtout d’avoir enfin une vie.

Inventaire initial :
- Une dague.
- Une gourde vide.
- Des vêtements un peu trop grands. Volés.

Thème musical : //

Quelque chose à ajouter ? : Non. =D


Dernière édition par Sytri le Mer 28 Juil - 0:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Albéric

avatar

Masculin
Feuille de personnage
Âge: 24
Couleur de dialogue: Crimson
Inventaire:

MessageSujet: Re: Sytri Arkhaël   Mer 28 Juil - 0:00

Citation :
certaines créatures du Niflheim embaumées de poison entraînant la mort si on tente de se nourrir avec.
Tu as conscience que le Niflheim, c'est déjà la mort, et que le démon se transformera juste alors en démon non-mort ? XD

Citation :
Sytri a des cheveux blonds et lisses dépassant le milieu de son dos, et si quelques mèches lui retombent au dessus des yeux il les retire rapidement quand il s'en aperçoit et qu'elles le gênent ce qui fait qu'il en a moins souvent en combat qu'on pourrait le croire et qui n'empêche que quelques unes de ses mèches retombent sur son front sans handicaper sa vue.
Manquerait pas un peu de ponctuation ? =p

Citation :
le faire enfin sortir de sa prison dans la prison du Nilfheim.
Heu... XD

Sinon, je valide. Pauvre Ralf.

_________________
Double-compte : Numby,

"Mwhahahahaha !"
"Prosternez-vous et implorez. Peut-être votre mort sera-t-elle sans douleur."
"Le Grand Albéric Siegfried Arevus Mörker von Lijdensweg ne connait point de met plus délectable que la crainte et la souffrance dans vos yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Sytri

avatar

Masculin
Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Couleur de dialogue: seagreen
Inventaire:

MessageSujet: Re: Sytri Arkhaël   Mer 28 Juil - 0:20

Edité pour le passage difficile à lire que j'ai fait il y a un mois. XD

Albéric a écrit:
Tu as conscience que le Niflheim, c'est déjà la mort, et que le démon se transformera juste alors en démon non-mort ? XD
Oui, ben je veux pas que mon incube il se transforme en âme, moi. éè

Et la prison dans la prison, c'était pour souligner la prison. Et je fais ce que je veux. *ZBAF*

Et c'est mon Sytri qui est pauvre, regarde, il a pas d'argent. ;;
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sytri Arkhaël   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sytri Arkhaël
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cosmos Stultus :: Fiches validées-
Sauter vers: